Action clé 2 : Coopération en matière d’innovation et d’échanges de bonnes pratiques

- Appel à propositions 2016
  • Publics éligibles : Acteurs de l’enseignement scolaire, de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes, Acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, Associations et assimilés, Collectivités territoriales et leurs groupements, services de l’Etat et autres organismes publics, Entreprises et assimilés, Particuliers
  • Thématiques : Education, formation, Enfance, jeunesse, Mobilité et citoyenneté

 

 

Partenariat de l’enseignement scolaire

Un projet de partenariat stratégique dans l’enseignement scolaire doit avoir pour vocation de proposer des pratiques pédagogiques et outils innovants dans l’enseignement scolaire ; à promouvoir l’échange de bonnes pratiques ; à soutenir l’amélioration continue des dispositifs de formation des enseignants ; à encourager le développement d’études et travaux conjoints.

Les coopérations dites « trans-sectorielles », faisant intervenir au sein d’un même partenariat des acteurs d’horizon très divers (écoles, organisme de la formation professionnelle, collectivités, établissements d’enseignement supérieur, entreprises,…) souhaitant travailler ensemble sur une problématique commune sont largement plébiscitées.

Les activités financées dans le cadre d’un partenariat stratégique sont regroupées en catégories :

  • La mise en œuvre et la gestion du projet
  • Les productions intellectuelles
  • Les réunions transnationales
  • Les activités de mobilité d’étude/d’apprentissage/d’enseignement
  • Les actions susceptibles d’assurer une diffusion et un développement accru du programme (multiplier events), dits « événements de dissémination »
  • Les activités exceptionnelles
  • Les activités intégrant la participation de personnes ayant des besoins spécifiques sont encouragées et une prise en charge financière spécifique est prévue

Les activités de mobilité inscrites dans le projet de Partenariat scolaire peuvent être telles que :

  • Echanges de classes d’élèves (et accompagnants), pour une durée inférieure à 2 mois (60 jours)
  • Mobilité de longue durée (de 61 jours à 12 mois) pour les élèves de 14 ans et plus
  • Mobilité de personnels pour participer à des événements de formation de groupes, sur une durée inférieure à 2 mois (60 jours)
  • Mobilité des personnels pour des missions d’enseignement de longue durée (de 61 jours à 12 mois)

Partenariats stratégiques de la formation et de l’enseignement professionnels

Un projet de partenariat stratégique dans la formation professionnelle doit avoir pour vocation de proposer des méthodes, pratiques, cursus innovants dans la formation professionnelle ; à encourager l’adéquation des parcours avec les besoins du marché du travail ; à soutenir la qualité des dispositifs de formation ; à promouvoir l’acquisition de bonnes pratiques.

Les coopérations dites « trans-sectorielles », faisant intervenir au sein d’un même partenariat des acteurs d’horizon très divers (organisme de la formation professionnelle, collectivités, établissements d’enseignement supérieur, entreprises,…) souhaitant travailler ensemble sur une problématique commune sont largement plébiscitées.

Les activités financées dans le cadre d’un partenariat stratégique sont regroupées en catégories :

  • La mise en œuvre et la gestion du projet
  • Les productions intellectuelles
  • Les réunions transnationales
  • Les activités de mobilité d’étude/d’apprentissage/d’enseignement
  • Les actions susceptibles d’assurer une diffusion et un développement accru du programme (multiplier events), dits « événements de dissémination »
  • Les activités exceptionnelles
  • Les activités intégrant la participation de personnes ayant des besoins spécifiques sont encouragées et une prise en charge financière spécifique est prévue

Les activités de mobilité inscrites dans le projet de Partenariat peuvent être telles que :

  • Mobilités d’apprenants et étudiants de la formation professionnelles, virtuelles ou physiques, pour une durée inférieure à 2 mois (60 jours) dans le cas de la mobilité physique
  • Mobilité de longue durée (de 61 jours à 12 mois) pour les personnels de la formation professionnelle
  • Mobilité de personnels pour participer à des événements de formation de groupes, sur une durée inférieure à 2 mois (60 jours)

Partenariats stratégiques de l’enseignement supérieur

Les partenariats stratégiques pour l’enseignement supérieur soutiennent la coopération entre organisations actives dans le domaine de l’enseignement supérieur (au moins 3 organisations de 3 pays participants différents) de programmes d’étude, de programmes intensifs, de nouvelles approches pédagogiques, et de l’échange de bonnes pratiques. Voici une liste non exhaustive de thématiques possibles :

  • Mise en place de pratiques innovantes  (méthodes d’apprentissage, création de nouveaux cursus et de schémas de formation, conseil et accompagnement) pour améliorer l’enseignement et les services des établissements d’enseignement supérieur ;
  • Collaboration entre établissements d’enseignements supérieur et collectivités locales pour promouvoir le développement local dans une perspective internationale ;
  • Mise en œuvre des initiatives internationales promouvant l’implication sociale et l’esprit d’entreprise
  • Développement de programmes d’étude communs, diplômes conjoins, programmes intensifs ;
  • Développement de mobilités virtuelles, de l’utilisation des TIC et de ressources éducatives ouverte, d’un système d’apprentissage modulable.

Les coopérations dites « trans-sectorielles », faisant intervenir au sein d’un même partenariat des acteurs d’horizon très divers (organisme de la formation, collectivités, établissements d’enseignement supérieur, entreprises,…) souhaitant travailler ensemble sur une problématique commune sont largement plébiscitées.

Les activités financées dans le cadre d’un partenariat stratégique sont regroupées en catégories :

  • La mise en œuvre et la gestion du projet
  • Les productions intellectuelles
  • Les réunions transnationales
  • Les activités de mobilité d’étude/d’apprentissage/d’enseignement
  • Les actions susceptibles d’assurer une diffusion et un développement accru du programme (multiplier events), dits « événements de dissémination »
  • Les activités exceptionnelles
  • Les activités intégrant la participation de personnes ayant des besoins spécifiques sont encouragées et une prise en charge financière spécifique est prévue

Les activités de mobilité inscrites dans le projet de Partenariat peuvent être telles que :

  • Mobilités combinées d’étudiants, virtuelles ou physiques, pour une durée inférieure à 2 mois (60 jours)
  • Mobilité de longue durée (de 61 jours à 12 mois) pour les personnels de l’enseignement supérieur, dans le cadre de missions d’enseignement
  • Mobilité de personnels pour participer à des événements de formation de groupes, sur une durée inférieure à 2 mois (60 jours)

Partenariats stratégiques de l’éducation des adultes

Un projet de partenariat stratégique de l’éducation des adultes doit avoir pour vocation de proposer des méthodes, pratiques, cursus innovants dans secteur de l’éducation des adultes ; à encourager l’adéquation des parcours avec les besoins du marché du travail ; à soutenir la qualité des dispositifs de formation, à en améliorer la flexibilité et l’accessibilité pour les publics d’apprenants adultes ; à promouvoir l’acquisition de bonnes pratiques et la coopération entre les acteurs de l’éducation des adultes et les acteurs publics locaux et régionaux, notamment.

Les actions soutenues au titre de cette action clé sont censés apporter des effets positifs et durables sur les organisations participantes, sur les systèmes de gouvernance qui mettent en œuvre ces actions ainsi que sur les personnes directement ou indirectement impliquées dans les activités organisées.

Les coopérations dites « trans-sectorielles », faisant intervenir au sein d’un même partenariat des acteurs d’horizon très divers (organisme de la formation, collectivités, établissements d’enseignement supérieur, entreprises,…) souhaitant travailler ensemble sur une problématique commune sont largement plébiscitées.

Les activités financées dans le cadre d’un partenariat stratégique sont regroupées en catégories :

  • La mise en œuvre et la gestion du projet
  • Les productions intellectuelles
  • Les réunions transnationales
  • Les activités de mobilité d’étude/d’apprentissage/d’enseignement
  • Les actions susceptibles d’assurer une diffusion et un développement accru du programme (multiplier events), dits « événements de dissémination »
  • Les activités exceptionnelles
  • Les activités intégrant la participation de personnes ayant des besoins spécifiques sont encouragées et une prise en charge financière spécifique est prévue

Les activités de mobilité inscrites dans le projet de Partenariat peuvent être telles que :

  • Mobilités combinées d’apprenants et formateurs de l’éducation des adultes, virtuelles ou physiques, pour une durée inférieure à 2 mois (60 jours)
  • Mobilité de longue durée (de 61 jours à 12 mois) pour les personnels de l’éducation des adultes
  • Mobilité de personnels pour participer à des événements de formation de groupes, sur une durée inférieure à 2 mois (60 jours)

Partenariats stratégiques dans le secteur de la Jeunesse

Différents types d’activités de coopération, expérimentations, adaptation et/ou mise en place de pratiques innovantes peuvent être soutenues dans le secteur de la jeunesse. En voici quelques exemples :

  • des méthodes, des outils et du matériel conçus pour favoriser chez les jeunes l’acquisition de compétences clé et de compétences    basiques, des  compétences linguistiques et de Technologies de Communication et d’Information.
  • des  méthodes,  des outils et du matériel pour la professionnalisation et pour le développement professionnel des travailleurs  de   jeunesse
  • des nouvelles pratiques pour les travailleurs de jeunesse, formations, soutien, notamment l’utilisation stratégique des    modes    d’apprentissages ouverts et flexibles, mobilité virtuelle, ressources éducationnelles ouvertes et meilleure utilisation du potentiel des Technologies de Communication et d’Information
  • des programmes et des outils pour le travail de jeunesse, conçus pour combattre l’exclusion sociale  et le décrochage scolaire.
  • mises en réseau stratégiques et coopération entre les organisations de jeunesse et/ou avec des organisations des champs de l’éducation et de la formation ou du marché de l’emploi
  • coopération stratégique  avec des autorités publiques locales ou régionales

Les projets financés doivent permettre une reconnaissance  et  une validation des compétences au niveau national en les référençant dans les cadres de qualifications européennes et en utilisant des instruments de validation européens.

Initiatives transnationales : activités de coopération, encourageant l’engagement social, l’esprit d’entrepreneuriat, menées conjointement par au moins deux groupes de jeunes de différents pays.

Renforcement des capacités (capacity building) des structures de jeunesse :

Il s’agit de soutenir la coopération avec les autres pays du monde éligibles (7 régions concernées dont les pays (ACP, d’Asie, d’Amérique) via des échanges de jeunes, le service volontaire européen et la mobilité / formation des travailleurs de jeunesse.
Ce volet est géré de façon centralisée par l’agence exécutive « Education, Audiovisuel, Culture » basée à Bruxelles.

Partenariats stratégiques transectoriels

L’éducation et la formation européenne recouvre les cinq secteurs ci-dessous :

  • Enseignement scolaire
  • Formation professionnelle
  • Education des adultes
  • Enseignement supérieur
  • Jeunesse

 

Dans le cadre d’un partenariat trans-sectoriel, au moins 3 organismes publics ou privés d’horizons divers d’au moins 3 pays participant au programme sont partenaires afin de collaborer sur une problématique transversale recouvrant au moins deux secteurs. Le secteur à préciser dans la candidature est le secteur dominant rattaché à la thématique et au(x) public(s) cible(s) du projet et non pas le secteur de l’organisation coordonnatrice.

Tout organisme souhaitant candidater doit au préalable s’enregistrer sur le portail des organismes participants (URF – Unique Registration Facility), en se créant un compte personnel sur ECAS (European Commission Authentification Service), qui est le portail d’accès aux différents outils informatiques de la Commission Européenne. A l’issue de cette procédure d’enregistrement obligatoire, l’organisme candidat obtient un code PIC (Personnal Identification Code), qui lui permettra d’obtenir en ligne le formulaire de candidature en ligne (« e-form »).